Show Buttons
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Google Plus
Partager sur Linkdin
Contact us
Hide Buttons

Solidarité avec la révolte populaire « des gilets jaunes » en France, déclaration de l’UIT-QI

la répression s'abat contre les gilets jaunes

« Paris brûle », a été le titre de différents médias journalistiques. Reflétant ainsi les conséquences de la manifestation populaire des « gilets jaunes » du samedi 1er décembre dans la capital française. Des milliers de manifestants dans les rues de Paris et de tout le pays se sont affrontés et ont débordé la répression policière du gouvernement conservateur de Macron.

Il y a eu des centaines d’interpellés et près de cent blessés. C’était le point culminant d’une protestation qui a commencé quelques jours plus tôt contre la tentative du gouvernement de Macron d’augmenter le prix des carburants, qui passerait de 0.80 € à 1.30 €, ce qui mènerait à une augmentation généralisée des prix. Pendant toute la semaine des blocages ont été installés aux péages et aux dépôts de carburants.

Les rebelles, sans direction ni organisation syndicale ou politique reconnue, sont identifiés par des gilets jaunes, qui sont obligatoire sur les routes françaises. La majorité viennent de secteurs populaires des villages et des villes qui utilisent leurs voitures et motos pour aller travailler.

Cette augmentation du prix des carburants fait partie de l’ajustement capitaliste qu’applique Macron. Les travailleurs et le peuple français ont souffert d’une dégradation de leurs conditions de vie. Il y a eu des augmentations non seulement dans le secteur énergétique, mais aussi dans l’alimentaire où par exemple, le prix des légumes, du beurre et des bananes a augmenté de 9 à 11.2%. Avant cela, Macron a mis en place une réforme du travail contre les cheminots et les travailleurs du public.

Cette révolte populaire a eu lieu pendant qu’en Argentine se réunissait à Buenos Aires, le G20 avec la présence de Trump, Merkel, Macron, May, Erdogan, Xi Jimping, Poutine, Macri et Temer. C’est l’impérialisme, le FMI et ses gouvernements capitalistes qui au nom des multinationales et du capital financier organisent de nouveaux ajustements contre la classe travailleuse et les peuples du monde entier.

La révolte des « gilets jaunes » s’insère dans la lutte des peuples du monde entier contre le FMI, la dette ou les attaques contre les salaire et les retraites. C’est pourquoi les socialistes révolutionnaires de l’UIT-QI nous nous solidarisons avec cette lutte pour mettre en échec cette augmentation du prix des carburants.

Les manifestants ont aussi exprimé leur haine du gouvernement capitaliste de Macron et beaucoup ont réclamé « Macron démission ». La gravité de l’ajustement et de la répression nécessite que les « gilets jaunes » s’unissent aux travailleurs, aux femmes et à la jeunesse française pour exiger des centrales syndicales qu’elles convoquent une grève générale contre l’ajustement et contre le gouvernement Macron.

Nous appelons à la plus vaste solidarité internationale en soutien à la mobilisation populaire en France contre l’augmentation du prix des carburants, pour la liberté des manifestants et contre la répression.

Unité Internationale des travailleurs – Quatrième Internationale (UIT-QI), 1er décembre 2018

Partager
Share On Twitter
Share On Linkdin
Contact us