Show Buttons
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Google Plus
Partager sur Linkdin
Contact us
Hide Buttons

Université Paris 3 : Le MCI fait sa rentrée

1er mai 2018 à Paris

Début septembre, les nouveaux étudiants inscrits à l’Université Paris 3 étaient convoqués par l’administration pour « découvrir l’université ». Nous en avons profité pour leur faire connaître également une force politique incontournable dans notre fac : le Mouvement Communiste Internationaliste, et son bulletin, L’Internationaliste.

La privatisation des universités n’a pas de frontière !

Beaucoup d’étudiants étrangers étaient au rendez-vous. Ainsi Michela et Valeria, deux étudiantes italiennes nous ont dit que les frais d’inscription dans leur université étaient de 1000 euros… par semestre ! À cause du chômage et de la cherté des études, elles étaient obligées d’immigrer en France pour « avoir un avenir ». Elles ont salué le combat mené en France par les lycéens, étudiants et personnels qui durent depuis plusieurs années, car c’est ce qui a permis que les universités soient si peu chères en France (comparé aux autres pays). Elles nous ont prévenus : Macron, c’est le Renzi français, il a eu une politique de privatisations extrêmement violente. « Il faut combattre Macron ».

Un étudiant venant d’une colonie française, inscrit en littérature, nous a confirmé que Macron avait bien une politique raciste et coloniale et qu’il ne valait pas mieux que Marine Le Pen. L’université dans son pays dépend totalement des universités françaises. Pour autant, il a rencontré des problèmes pour faire reconnaître son diplôme et s’inscrire à Paris 3. Il s’agit d’un aspect de la sélection raciale qui s’opère à l’université : les universités françaises considèrent que les diplômes obtenus dans les colonies françaises valent moins qu’en métropole !

Un étudiant brésilien a participé aux luttes dans son université. Dans son pays aussi, il y a un processus de destruction-privatisation de l’université publique. C’est le projet des capitalistes, formulé par l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) de transformer la santé et l’éducation en « marchés du XXIe siècle ». Nous nous sommes quittés en nous disant « étudiants de tous les pays, unissons-nous ! »

Les étudiants de première année veulent reprendre la lutte

Nous avons retrouvé la même volonté d’en découdre et ce rejet total de la politique de Macron chez les bacheliers qui ont été sélectionnés par Parcoursup. Plusieurs étudiants à qui nous avons présenté L’Internationaliste ont participé à la lutte contre la sélection sociale, raciale et patriarcale : AG au lycée, manifestations, répression de la part des proviseurs et des forces de l’ordre. Ils n’ont pas été très surpris quand on leur a dit qu’on avait vécu la même situation à Paris 3.

Chez tous, on a retrouvé cette envie de poursuivre le combat contre la politique de privatisation de Macron, que ce soit en matière d’éducation, mais aussi dans les transports, la santé, ou les retraites.

Un groupe de copines nous a ainsi dit : « on ne se reconnaît dans aucun parti politique, aucun ne nous a aidées dans la lutte l’année dernière. On a l’impression que leur seul projet, c’est les élections. Aucun parti ne dit : on va se battre ensemble pour une éducation publique, gratuite, de qualité, pour tous et toutes. »

Français ou étrangers, tous les étudiants ont manifesté leur enthousiasme quand nous nous sommes rencontrés, quand on leur a dit ce qu’on pensait de la situation politique. « On est sur la même longueur d’onde ». Tous ont envie de continuer les discussions politiques sur la situation nationale et internationale, qu’on leur propose une vraie alternative politique, et tous ont envie de reprendre la lutte contre la privatisation de l’université.


Dans les semaines à venir, le MCI va faire des réunions d’introduction au marxisme, sur la Révolution russe de 1917, le bilan de Mai 68, l’annulation de la dette publique… Inscrivez-vous auprès des militants du MCI !

Partager
Share On Twitter
Share On Linkdin
Contact us